Lucie Delarue-Mardrus, portrait de l’artiste en icône des Lettres, par Gabrielle Réval

Drôle de portrait, qui ne retient, dans un ouvrage pourtant voué à honorer la personne et l’œuvre de femmes de lettres de premier plan, que les aspects les plus anecdotiques et les plus sages d’une autrice qui n’eut de cesse de les contredire. Pourquoi le reproduire ici, dès lors ? Parce qu’il est représentatif de préjugés et de poncifs d’époque contre lesquels devaient lutter sans cesse celles qui prétendaient exister et se réaliser au travers de leur plume. Comment imaginer que Gabrielle Réval, femme elle-même, ait bien saisi la personnalité et le propos de l’auteure de ‘La Pirane’, alors qu’elle en dresse un portrait si superficiel et frelaté qu’il aurait pu être signé par un homme ? Et s’il faut au final lui trouver un destin, c’est celui d’une continuatrice de l’œuvre de… la reine Mathilde, qui retraça, l’aiguille à la main, les exploits de son conquérant de mari sur la célèbre tapisserie de Bayeux. Pas sûr que ce panégyrique ait à l’époque fait le bonheur de Lucie…

  Il se peut que Lucie Delarue-Mardrus aille un jour faire des conférences en Amérique. Je lui conseille, à ce moment-là, de souffler à son manager : — Ne dites pas aux Américains que je suis une femme célèbre en mon pays, mais dites-leur que, de toutes les poétesses, je suis celle qu’on a le plus […]

Georges Eekhoud, écrivain de la ferveur, par Émile Verhaeren

Voilà trop longtemps que l’antre de l’ours danseur est resté vide pour cause de suractivité chronique. La sortie récente de l’anthologie ‘Quand l’amour déraille’ chez Flatland offre à l’ursidé dansant le prétexte tout trouvé pour sortir de son hibernation laborieuse. L’occasion de sortir des greniers numériques et de dépoussiérer quelques morceaux affriolants au sujet des quatre auteurs réunis dans cet ouvrage. Comme dans l’antho, c’est de Georges Eekhoud dont il sera d’abord question, avec un texte fort pertinent (pour qui connaît l’œuvre d’Eekhoud) de son ami Émile Verhaeren.

  ‘L’œuvre de Georges Eekhoud’, de Maurice Bladel, paru à la Renaissance d’Occident (Bruxelles) en 1922, ne manque certes pas d’intérêt pour qui veut s’initier à la vie et à l’œuvre du chantre de la Campine anversoise. Même si l’auteur n’échappe pas aux pièges de l’hagiographie, le livre fourmille en effet de détails biographiques sans […]

Terreur dans les airs, Thomas Hood, 1821

Le court récit que vous allez lire a ceci d’intéressant qu’il doit être l’un des premiers – sinon le premier – à avoir exploré outre-Manche les possibilités dramatiques offertes par le développement de l’aérostation. Il précède de trente années ‘Un drame dans les airs’, l’une des premières nouvelles du jeune Jules Verne, et si rien ne prouve que celui-ci en eut connaissance, on ne peut que noter certaines similitudes d’inspiration. William Pattrick, qui fait figurer ‘Terreur dans les airs’ en ouverture de son anthologie ‘Mysterious air stories’ (1986), explique qu’il fut publié à Londres « dans les premières années du dix-neuvième siècle, quelque temps après que Vincenzo Lunardi ait effectué le premier vol en ballon depuis le sol anglais, à Chelsea, en 1784. L’intérêt du public pour l’aérostation attira l’attention de Thomas Hood (1799-1845), écrivain satyrique merveilleusement inventif, qui connut en 1821 un grand succès en publiant ce texte dans les colonnes du London Magazine. En dépit de ses problèmes de santé et de sa difficulté à joindre les deux bouts, il avait pour se documenter risqué sa vie lors de plusieurs ascensions en ballon avant de rédiger ce conte. »

  Je tiens l’histoire suivante de la bouche même d’un célèbre aéronaute, qui me l’a confiée à peu près dans les mêmes termes. J’ai effectué plusieurs ascensions depuis Vauxhall. Lors de l’une d’elles, un gentleman du nom de Mavor devait m’accompagner dans cette petite excursion aérienne. Le moment venu, cependant, ses nerfs durent le trahir, […]

Les trois vies de l’ours

Il y a l’ours batailleur, toujours prêt à se lancer dans de nouveaux assauts contre les moulins à vent, et l’ours travailleur, obnubilé par la pitance à ramener aux oursons, qui râle et peste souvent contre les quichottesques instincts de son alter ego. Quant à l’ours rimailleur, rêveur et effacé, que les deux autres ignorent superbement, il attend son heure, souhaitant sans trop se faire d’illusions qu’elle arrive un jour.

  Naïf et schématique aperçu de la situation ? Sans doute. Mais qui résume bien le chantier permanent d’une vie, en ce début d’année où l’on est censé faire le tri et prendre des décisions. Il ne vous en parlerait pas, l’ours, si lesdites décisions ne devaient avoir dans les temps à venir une influence sur […]

Election du C.A. du RAAP : 567 mercis !

Hier se déroulait au siège du RAAP/IRCEC à Paris le dépouillement des bulletins de vote de l’élection des nouveaux administrateurs et administratrices du C.A. Je vous ai suffisamment cassé les pieds sur ce blog avec cette échéance pour vous en donner ici les résultats. Les artistes-auteurs ne peuvent que se réjouir de la déroute de l’ancienne majorité (edit) dont les principaux membres (président compris) ne récupèrent pas leur poste de titulaire. Par ailleurs, l’intersyndicale opposée à la « réforme à 8% » imposée par l’ancienne majorité (edit) a réussi à faire élire 8 de ses candidats (sur 12) aux postes de titulaires, ce qui constitue une complète inversion du rapport de force au sein de ce nouveau CA, et le signe le plus tangible de la colère des artistes-auteurs et de leur refus de voir leurs conditions d’existence se dégrader continuellement.

A titre plus personnel, je remercie très chaleureusement chacune et chacun des 567 écrivains-traducteurs-trices ayant coché la case qui figurait devant mon nom sur leur bulletin de vote, ce qui m’a permis d’arriver deuxième et d’être élu au poste de titulaire pour ce collège. Je déplorais dans un de mes premiers billets consacrés à cette […]

Hommage au dessinateur inconnu…

… qui permit, voilà plus de 110 ans, au Novelliste de trouver l’image de couverture qu’il lui fallait pour son premier numéro. Dans la précipitation du bouclage, celle-ci n’est pas sourcée en bonne et due forme là où il l’aurait fallu. Rendons par conséquent au ‘Petit Journal’ ce qui appartient à l’artiste talentueux que cette éminente publication début de siècle n’a pas jugé utile de créditer.

  C’est à la dernière page du supplément illustré du Petit Journal daté du dimanche 12 février 1905 (n° 743) que l’on trouve l’image en couleurs sous-titrée « L’agitation russe à Paris : explosion d’une bombe avenue de la République ». Il faut en revanche aller chercher en page 2 (numérotée 50) la notule relatant ces événements explosifs, qui […]

Mise en chantier de ‘L’Arche’ d’André Arnyvelde

Le chantier du Novelliste #01 bel et bien achevé s’ouvrent déjà ceux qui devront trouver leur achèvement dans le premier semestre de l’année prochaine. Parmi ceux-là, il en est un qui me tient particulièrement à cœur : la réédition de ‘L’Arche’, le grand-œuvre lyrique et jubilatoire d’André Arnyvelde, écrit dans les tranchées de 14, paru en 1920, et qui fut cette année-là parmi les finalistes du Goncourt. Cela commence comme un chant d’amour à une femme, Henriette Sauret, compagne des jours de paix, et cela se poursuit, sous la conduite de la figure fantasmée de l’Arcandre, comme une déclaration d’amour à l’univers, à la vie, à la joie, au bonheur d’exister. Pour résister à la géhenne guerrière et croire encore qu’il y aurait un lendemain, à un homme, à un écrivain tel que celui-ci il fallait bien cela. Toutes proportions gardées et sachant que tout oppose ces deux auteurs, ‘L’Arche’ est à Arnyvelde ce que ‘Les poulpes’ sera, au conflit suivant, à Raymond Guérin.

  En attendant avril 2018 et la sortie, donc, de cette nouvelle édition (la troisième, après l’originale en 1920  à la Société mutuelle d’édition, puis la première réédition par Pierre Versins au club Futopia en 1961) commencent les travaux préparatoires lancés par la découverte fortuite, le week-end dernier, de l’image qui illustrera la couverture. Il […]

Un antre numérique pour Le Novelliste

Le numéro #01 du Novelliste sera mis en vente cette semaine, le vendredi 8 décembre, mais d’ores et déjà il est possible de s’en faire une idée en visitant le site sur lequel la revue sera commercialisée (description, photos et extrait en PDF). Les curieux pourront également y prendre connaissance du contenu des deux prochains numéros et des projets associés du Novelliste pour l’année 2018. Une adresse à retenir, en somme.

  C’est ici que l’on entre dans l’antre. L’année 2018 commencera pour le Novelliste par la parution, en février, d’une anthologie thématique intitulée Quand l’amour déraille. Au programme, noires romances et mélos d’enfer signés Georges Eekhoud, May Sinclair, Lucie Delarue-Mardrus, Jules Lermina et Émile Masson. En avril suivra la réédition de L’Arche (1920), le grand […]

CSG : une demi-mesure provisoire ne répare pas une injustice, encore un effort madame la ministre

Le couperet ministériel est donc tombé : une solution a été trouvée pour compenser intégralement la hausse de la CSG pour les artistes-auteurs. Ah ? Très bien… Quelle est-elle ? Ben… après avoir relu trois ou quatre fois le communiqué de presse censé nous l’apprendre, j’en suis encore à me le demander. Ce qui semble sûr, c’est que la solution tant attendue ne sera ni pérenne ni pour tous les artistes-auteurs. À ce niveau de flou dans la communication, on ne peut qu’interpréter la trop vague parole ministérielle. Ce que tente de faire le SELF, dont je reproduis ci-dessous un communiqué sur le sujet diffusé hier.

  Par un communiqué de presse en date du 29 novembre, Mme Françoise Nyssen, ministre de la Culture, a annoncé avoir trouvé « une solution permettant de garantir aux artistes-auteurs un maintien de leur pouvoir d’achat dans le contexte de hausse de la CSG ». La ministre se félicite en outre « de cette solution et remercie chaleureusement […]