Från Dig Stal De Tanken, Orphan Ann, sur un quatrain de Karin Boye

La poésie de Karin Boye continue d’inspirer les jeunes générations de musiciens. Dans un registre ‘noise, acid techno, minimal techno’, ce morceau d’Orphan Ann n’en est que l’ultime illustration en date. Le quatrain répété en boucle est extrait de ‘De sju dödssynderna’ (Les sept péchés capitaux, 1942), ultime recueil de poèmes (posthume) de l’auteure de ‘Kallocaïne’.
Featured Video Play Icon
 

Från dig stal den tanken? — Du skrämmer mig, hädare.
Den som vill äga anden är andens förrädare.
Djupt måste själen böjas att stiga i riket in.
Du kanske kan bli sanningens — men sanningen aldrig din.

On t’a volé tes pensées ? – Blasphémateur ! Tu m’effraies…
Qui veut s’approprier l’esprit n’est que traître à l’esprit.
Bien bas doit s’incliner l’âme qui aspire au royaume.
Peut-être es-tu part de la vérité – mais la vérité ne sera jamais tienne.

 

2 commentaires sur “Från Dig Stal De Tanken, Orphan Ann, sur un quatrain de Karin Boye

  1. Hej ! ^^
    Vraiment minimaliste, quand même, le morceau musical. Les paroles le sont moins, en ligne directe avec le roman, Kallocaïne.
    (Sinon, car il s’agit toujours de KB, je ne répéterai pas mon commentaire à propos de L’engoulevent, ça ne ferait pas sérieux 😉 )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *