Le moulin horloge, nouvelle de Georges Eekhoud

En préparant un prochain numéro d’OL’CHAP, je suis tombé sous le charme de la prose ensorcelante de l’écrivain belge Georges Eekhoud. Plutôt que de vous bassiner avec des considérations plus ou moins oiseuses ou éclairées sur cet écrivain et son œuvre (il y a des spécialistes pour ça, et ils ont bien travaillé), je ne résiste pas à l’envie de publier ici une courte nouvelle particulièrement frappante issue du recueil ‘Cycle patibulaire’ (1892), qui fit les délices de Rachilde et d’Oscar Wilde. Si vous ne connaissez pas cet auteur, il me semble que ce texte, poème en prose bien plus que nouvelle, peut constituer une porte d’entrée idéale à son univers autant qu’à son style. Prenez dix minutes, faites abstraction du reste et plongez. Vous ne le regretterez pas, et il se pourrait même que vous y preniez goût.

  Et le Verbe s’est fait Chair Je sais un moulin broyant aux infâmes le pain de l’expiation. Point d’ailes qui batifolent au vent salubre et frisquet des espaces. Rien du moulin à toit pointu comme un capuchon, par-dessus lequel les belles filles jettent leur blanc bonnet, — du moulin campé sur la butte ou la […]

Les tricoteuses du temps

Les vieux trucs, un jour il faut s’en débarrasser, surtout lorsque l’on tombe par hasard sur l’illustration qui va bien.

  Les temps étaient ainsi. Tout se dissolvait ainsi. D’où cette impression de n’être que tricot abandonné, qu’une main leste et impérieuse aurait démonté. Autour des tricoteuses du temps qui perpétuent leur ouvrage, il est dans le souvenir de chacun des sourires, des horloges débonnaires, de gros poêles rougissants, d’onctueux relents de café au lait, […]

Ou presque

Vanitas vanitatum, omnia vanitas & tutti quanti.

  je cherche l’accord parfait la note ultime l’harmonie imparable je voudrais écrire le syntagme absolu en lui-même autonome et stable libéré de toute tutelle perceptrice ou émettrice je sais qu’elle doit venir la séquence idéale puisque tant de livres déjà écrits et tant d’autres oubliés ne l’auraient pas été dans un autre but orgueil […]

Polis comme galets par le temps

Parmi mes poèmes accumulés au fil du temps, celui-ci occupe une place particulière, puisqu’il fut longtemps le seul à avoir été publié, par mon camarade Jacques Barbéri, dans une revue numérique aujourd’hui disparue. La découverte fortuite de cette belle toile anonyme, qui me semble l’illustrer à merveille, me donne l’occasion de le recaser ici. Il faudra vous y faire : si les muses pouétiques vous insupportent, il vous est toujours possible de zapper (émoticone kiki, hi, hi, hi).

  une force éparpille nos vies de nous se joue comme de billes roulant doucement vers un gouffre où choses, bêtes et gens glissent pas un ne sait qui nous lance ni pourquoi nous roulons vers l’abîme car nul ne remonte à la source d’où toute vie procède et coule les unes dévalent en silence […]

Från Dig Stal De Tanken, Orphan Ann, sur un quatrain de Karin Boye

La poésie de Karin Boye continue d’inspirer les jeunes générations de musiciens. Dans un registre ‘noise, acid techno, minimal techno’, ce morceau d’Orphan Ann n’en est que l’ultime illustration en date. Le quatrain répété en boucle est extrait de ‘De sju dödssynderna’ (Les sept péchés capitaux, 1942), ultime recueil de poèmes (posthume) de l’auteure de ‘Kallocaïne’.

  Från dig stal den tanken? — Du skrämmer mig, hädare. Den som vill äga anden är andens förrädare. Djupt måste själen böjas att stiga i riket in. Du kanske kan bli sanningens — men sanningen aldrig din. On t’a volé tes pensées ? – Blasphémateur ! Tu m’effraies… Qui veut s’approprier l’esprit n’est que traître à […]