Discours de paix (censuré) d’Émile Masson aux enfants et adolescents de Bretagne (1917)

En juillet 1917, Émile Masson, professeur d’anglais, écrivain, journaliste, anarchiste et activiste de la cause bretonne, s’apprête à délivrer un discours de fin d’année aux élèves du lycée dans lequel il professe. On ne le laissera pas le prononcer et l’on comprend pourquoi, en lisant ce texte longtemps demeuré égaré, il était urgent de le faire taire alors que la plus stupide de toutes les guerres faisait encore des ravages dans les rangs de la jeunesse. Ce vibrant plaidoyer pour la paix et pour une société basée sur d’autres valeurs donne en tout cas une idée fidèle de l’homme (et du pédagogue) que fut Émile Masson. C’est aussi une bonne manière de clore, par un message toujours actuel car hors du temps, ce petit tour d’horizon de quatre auteurs intègres, courageux et attachants, qu’il est urgent de continuer à éditer et à lire.

  Mesdames, Messieurs, chers élèves. La guerre doit être l’objet de mon dernier entretien de l’année avec vous. Eussé-je été tenté de ne point vous parler de la guerre, eussé-je pu de toutes mes forces, souhaiter ne point vous parler de la guerre, comment échapper à l’impitoyable nécessité ? Depuis trois années révolues une seule pensée […]

Une bibliothèque par quartier, par Jules Lermina (1861)

Ne nous laissons pas abattre, il me reste pas mal de vieilleries poussiéreuses et dégageant une forte odeur de vieux papier (voire de naphtaline) à vous mettre sous les yeux. Par simple plaisir de vieillard monomaniaque ne vivant que dans le passé ? Pas vraiment, car comme on le verra avec le document reproduit ci-dessous, parfois les vieux textes nous ramènent à des réalités du temps présent. Ainsi de ce libelle du camarade Lermina préconisant la création de bibliothèques dans les quartiers de Paris, dont il peut être utile de se souvenir en un temps où les impératifs d’une idéologie tout droit venue du dix-neuvième siècle (ce « libéralisme » qui n’est qu’un cache-sexe pour l’ultra-capitalisme dérégulé) font que les budgets consacrés à nos bibliothèques d'aujourd'hui baissent régulièrement (cf. article en lien au bas de cette page). Lorsqu’il le rédige, le jeune Jules ‒ il n’a que 22 ans ‒ est journaliste et n’a encore écrit aucune des œuvres qui feront de lui un grand romancier et novelliste populaire à la production pléthorique. Cet engagement précoce dans la vie de la cité ne le quittera cependant jamais, car outre ses engagements politiques très marqués à gauche, il restera jusqu’à sa mort un syndicaliste attaché notamment à défendre les droits des artistes et des auteurs.

  I — DU DÉSIR D’APPRENDRE Depuis quelques mois, on a beaucoup dit et écrit contre les Brochures ; et en vérité, nous nous étonnons d’un déchaînement à notre avis inopportun et nous regrettons qu’une aussi inconcevable animosité se soit élevée contre cette forme littéraire Et ce qu’il y a de plus étrange, c’est que ceux-là […]

Lucie Delarue-Mardrus, portrait de l’artiste en icône des Lettres, par Gabrielle Réval

Drôle de portrait, qui ne retient, dans un ouvrage pourtant voué à honorer la personne et l’œuvre de femmes de lettres de premier plan, que les aspects les plus anecdotiques et les plus sages d’une autrice qui n’eut de cesse de les contredire. Pourquoi le reproduire ici, dès lors ? Parce qu’il est représentatif de préjugés et de poncifs d’époque contre lesquels devaient lutter sans cesse celles qui prétendaient exister et se réaliser au travers de leur plume. Comment imaginer que Gabrielle Réval, femme elle-même, ait bien saisi la personnalité et le propos de l’auteure de ‘La Pirane’, alors qu’elle en dresse un portrait si superficiel et frelaté qu’il aurait pu être signé par un homme ? Et s’il faut au final lui trouver un destin, c’est celui d’une continuatrice de l’œuvre de… la reine Mathilde, qui retraça, l’aiguille à la main, les exploits de son conquérant de mari sur la célèbre tapisserie de Bayeux. Pas sûr que ce panégyrique ait à l’époque fait le bonheur de Lucie…

  Il se peut que Lucie Delarue-Mardrus aille un jour faire des conférences en Amérique. Je lui conseille, à ce moment-là, de souffler à son manager : — Ne dites pas aux Américains que je suis une femme célèbre en mon pays, mais dites-leur que, de toutes les poétesses, je suis celle qu’on a le plus […]

Georges Eekhoud, écrivain de la ferveur, par Émile Verhaeren

Voilà trop longtemps que l’antre de l’ours danseur est resté vide pour cause de suractivité chronique. La sortie récente de l’anthologie ‘Quand l’amour déraille’ chez Flatland offre à l’ursidé dansant le prétexte tout trouvé pour sortir de son hibernation laborieuse. L’occasion de sortir des greniers numériques et de dépoussiérer quelques morceaux affriolants au sujet des quatre auteurs réunis dans cet ouvrage. Comme dans l’antho, c’est de Georges Eekhoud dont il sera d’abord question, avec un texte fort pertinent (pour qui connaît l’œuvre d’Eekhoud) de son ami Émile Verhaeren.

  ‘L’œuvre de Georges Eekhoud’, de Maurice Bladel, paru à la Renaissance d’Occident (Bruxelles) en 1922, ne manque certes pas d’intérêt pour qui veut s’initier à la vie et à l’œuvre du chantre de la Campine anversoise. Même si l’auteur n’échappe pas aux pièges de l’hagiographie, le livre fourmille en effet de détails biographiques sans […]

Le Novelliste : au sommaire du premier numéro

L’acte de naissance du Novelliste ayant soulevé plus d’intérêt et de réactions que ne l’avait prévu son initiateur, les choses sont allées très vite. Dans le respect des intentions originelles, l’identité autant que les moyens et les ambitions de cette nouvelle publication se précisent. Revue ? Magazine ? Anthologie permanente ? Le sujet n’est pas encore tranché, mais d’ores et déjà le contenu du premier numéro est arrêté. Revue de détail ci-dessous.

  Comme annoncé ici-même, Le Novelliste se consacrera essentiellement à la publication de nouvelles, pour moitié écrites par des écrivains d’aujourd’hui, et pour l’autre moitié par des auteurs (principalement anglo-saxons mais pas que) représentatifs de « l’âge d’or des conteurs ». Sur le même principe (moitié hier, moitié aujourd’hui), on trouvera également dans le Novelliste des articles, […]

LE NOVELLISTE, un nouveau débouché pour la nouvelle ancienne et contemporaine

C’était la forme reine des littératures populaires au temps où les journaux et magazines constituaient la seule arme de distraction massive des foules. Elle a fait les beaux jours de « l’âge d’or des conteurs » et la réputation de nombre d’écrivains, qui lui devaient renommée et fortune. De nos jours, alors que le roman tient le haut du pavé (de préférence sous forme d’énormes tomes et d’indigestes dodécalogies), elle fait figure de parent pauvre. Plus personne (dit-on) n’en lit. Les auteurs qui s’obstinent à en écrire peinent à trouver des débouchés. Grand amateur de nouvelles, l’ours danseur fait le pari de leur consacrer un nouveau support, sous forme d’une revue, numérique et papier, athématique et atemporelle, mêlant à la crème de ce qui se faisait autrefois en la matière le meilleur de ce qui continue à s’écrire de nos jours.

  LE NOVELLISTE voudrait marier l’hier et l’aujourd’hui en proposant à ses lecteurs (s’il en trouve !) des traductions issues des publications de « l’age d’or des conteurs » et des inédits d’auteurs francophones contemporains bien vivants. Que trouvera-t-on dans ses colonnes ? Ce que l’on trouvait entre les pages des magazines anglo-saxons de la fin du dix-neuvième et […]