Kallocaïne redux (suite)

Reçu aujourd’hui un exemplaire du cinquième tirage de ‘Kallocaïne’, avec une quatrième de couverture remaniée. Au dixième, c’est promis, j’arrête de compter… Pour fêter ça, cadeau, une des scènes capitales du roman

  À l’issue d’un interrogatoire particulièrement éprouvant – le premier jour, qui plus est, juste avant la pause de midi –, celui d’un vieil homme qui délirait à propos d’envies de meurtre, bien qu’il n’en eût jamais commis et n’en commettrait probablement jamais, je ne pus m’empêcher de laisser libre cours à mon désarroi. En me tournant […]

Les tricoteuses du temps

Les vieux trucs, un jour il faut s’en débarrasser, surtout lorsque l’on tombe par hasard sur l’illustration qui va bien.

  Les temps étaient ainsi. Tout se dissolvait ainsi. D’où cette impression de n’être que tricot abandonné, qu’une main leste et impérieuse aurait démonté. Autour des tricoteuses du temps qui perpétuent leur ouvrage, il est dans le souvenir de chacun des sourires, des horloges débonnaires, de gros poêles rougissants, d’onctueux relents de café au lait, […]

Ou presque

Vanitas vanitatum, omnia vanitas & tutti quanti.

  je cherche l’accord parfait la note ultime l’harmonie imparable je voudrais écrire le syntagme absolu en lui-même autonome et stable libéré de toute tutelle perceptrice ou émettrice je sais qu’elle doit venir la séquence idéale puisque tant de livres déjà écrits et tant d’autres oubliés ne l’auraient pas été dans un autre but orgueil […]

Polis comme galets par le temps

Parmi mes poèmes accumulés au fil du temps, celui-ci occupe une place particulière, puisqu’il fut longtemps le seul à avoir été publié, par mon camarade Jacques Barbéri, dans une revue numérique aujourd’hui disparue. La découverte fortuite de cette belle toile anonyme, qui me semble l’illustrer à merveille, me donne l’occasion de le recaser ici. Il faudra vous y faire : si les muses pouétiques vous insupportent, il vous est toujours possible de zapper (émoticone kiki, hi, hi, hi).

  une force éparpille nos vies de nous se joue comme de billes roulant doucement vers un gouffre où choses, bêtes et gens glissent pas un ne sait qui nous lance ni pourquoi nous roulons vers l’abîme car nul ne remonte à la source d’où toute vie procède et coule les unes dévalent en silence […]

Leo Dhayer ? C’est qui, ce gonze ?

Qu’est-ce qu’une notice bio, sinon un exercice exhibitionniste ? Et les tentatives de contournement n’y changent rien : la drôlerie forcée devient vite pitoyable, la concision énigmatique vous semblera hautaine, et la prolixité facétieuse insupportable. En désespoir de cause et puisque la chose semble indispensable, tentons l’approche la plus factuelle.

Je suis né, animal humain de sexe masculin, au début des années soixante du vingtième siècle. Fasciné par l’écrit et le monde du livre dès l’instant où un poche de Guy des Cars m’est passé entre les mains (on ne choisit pas ses entrées dans la vie), j’ai exercé divers métiers (charpentier, photocompositeur,  graphiste-rédacteur), avant […]